DIRECTION GÉNÉRALE DIGITALE ET SI

UNE RÉORGANISATION SUPPLÉMENTAIRE,
POUR QUEL OBJECTIF ?

Le 20 septembre dernier se tenait une réunion du CE de l’EPIC SNCF. Réunion au cours de laquelle était présentée la création de la Direction Générale Digitale et SI.

Nouvelle direction regroupant les 3 DSI de l’EPIC de tête et du Digital sous la houlette de M. Benoit Tiers

UNE REORGANISATION DE PLUS…

Suite à l’annonce très remarquée de la création de la Direction Générale Digitale et SI, ce n’est pas un directeur, mais 4, assistés d’une représentante du digital, qui sont venus présenter cette nouvelle direction aux élus du CE SNCF.

Beaucoup de monde pour finalement si peu de changements ! Les réactions des cheminots lors du tchat de présentation de cette réorganisation y seraient-elles pour quelque chose ?

Avec de cinglantes déclarations de la part des OS, CGT en tête, espérons que la direction aura pris la mesure du ras-le-bol d’une partie de son personnel.

Après une présentation de son parcours professionnel Monsieur Tiers nous parlera du « Numérique » (en français dans le texte), et de ses enjeux pour le groupe SNCF. Enjeux que les informaticiens ont bien compris. Le problème n’est pas tant le numérique, ni le changement de technologie que la lassitude devant les changements d’organisation et la dégradation des conditions de travail engendrées par le chaos des réorganisations successives.

QUE RESSORT-IL DE CET ENTRETIEN ?

Finalement très peu de choses. Le nouveau directeur prend ses fonctions et prendra donc le temps de l’écoute et de l’observation avant d’agir. Il évitera de se prononcer sur la plupart des sujets évoqués faute de connaissance des dossiers, comme par exemple les centres de services et la sous-traitance, l’externalisation, les Télécoms, etc… Nous voilà bien avancés !
La vraie réorganisation viendra donc dans un second temps. Mais son véritable contenu reste encore inconnu. La volonté est de rendre notre organisation plus manoeuvrable, plus souple ou plus agile. Jusqu’à présent dans nos directions la souplesse était souvent synonyme de sous-traitance. Qu’en sera-t-il avec ce nouveau directeur, qui fut président de l’European Outsourcing Association, et qui possède donc une grande expérience du sujet. Mettra-t-il à disposition de notre entreprise son expérience pour réinternaliser ou pour externaliser tout ou partie de l’activité SI de la SNCF ?

L’EUROPEAN OUTSOURCING ASSOCIATION, QU’EST-CE QUE C’EST ?

Laissons leur la parole, et voici comment eux-mêmes se présentent…
(Source : http://eoafrance.com)

Nos membres ont implémenté ou envisagent de mettre en place des solutions externalisées, des Centres de Services Partagés, des projets « Global Business Services », l’automatisation et la robotisation des processus (RPA).

Les directeurs financiers trouvent à l’EOA France des responsables d’autres entreprises ayant mis en place des CSP et des solutions externalisées avec lesquels échanger sur leurs projets.

L’association permet l’échange et la collaboration entre membres qui veulent développer leur maturité sur les sujets liés au Sourcing – la performance, l’organisation, les stratégies de mise en place de CSP et d’externalisation, l’innovation, la gouvernance, etc.

ET LA REORGANISATION DE PRODUCTION IT ?

Quant à la réorganisation de Production IT, elle est reportée afin d’être mise en cohérence avec le projet global de réorganisation de la Direction digitale et SI.

QUEL IMPACT ?

Au regard de la situation actuelle au sein du SI des actions étaient certes indispensables. Et regrouper toutes les composantes du SI sous la même direction va plutôt dans le bon sens. Reste à savoir si cette énième réorganisation sera bonne pour l’emploi et les conditions de travail des cheminots… mais ce n’est évidemment pas l’objectif premier de nos dirigeants !

Le numérique, « Arme majeure du groupe » est très en vogue pour l’instant. Il est au coeur d’une bataille sur l’innovation et de la recherche d’un avantage concurrentiel. Viendra-t-il à la rescousse du système d’information de la SNCF ou en sonnera-t-il le glas ?

L’expérience des réorganisations passées ne nous incitent guère à l’optimisme.

La CGT ne manquera pas de suivre ce dossier et d’aller à la rencontre de la Direction pour qu’elle prenne conscience des problèmes des cheminots et pour défendre notre vision d’un SI de qualité, au service de nos collègues et de nos clients.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.