Le CE M&T enquête sur la sous-traitance à la SNCF : reportage sur les malfaçons et le gaspillages d’argent public

La sous-traitance actuelle à SNCF Réseau M&T n’est plus celle de la sous-traitance « classique » mais correspond à une volonté stratégique d’externalisation de notre travail.

SNCF Réseau utilise l’externalisation comme pivot pour forcer le changement de modèle économique, passer du « faire » au « faire-faire ».

Interrogée sur la pertinence économique de cette stratégie, SNCF Réseau est incapable de quantifier l’apport des sous-traitants à ses marges. Nous assistons à une politique d’entreprise qui repose uniquement sur un dogme, une croyance : « l’externalisation va permettre la réduction des coûts ».

Tous les dirigeants d’établissements sont sommés d’accélérer l’externalisation et d’organiser la montée en compétence de nos concurrents.

LA SOUS-TRAITANCE EN QUELQUES CHIFFRES.

  • 35 % de l’activité de SNCF Réseau est actuellement sous-traitée
  • 2/3 des travaux externalisés.
  • Un objectif de 20 à 30 % pour externaliser l’entretien courant, soit plus du triple du volume actuel.
  • 3Mds€ dépensés en 2016, + 67 % depuis 2011 et +27 % attendus d’ici 2020.
  • Un chiffre d’affaire du privé multiplié par 4 en 10 ans.
  • 3 grands groupes du BTP qui se partagent 70 % de l’activité.

DERRIÈRE CES DONNÉES ET CETTE STRATÉGIE, SE CACHE UNE RÉALITÉ ALARMANTE.

Les sous-traitants ne sont pas autonomes, ce qui génère des coûts d’accompagnement et d’encadrement pour SNCF Réseau.

Aucune région n’est épargnée par les malfaçons, ce qui oblige les cheminot-es à reprendre le travail.

Bien que 32 entreprises sous-traitantes aient fait l’objet de sanctions pour malfaçons ou non-respect des règles de sécurité, SNCF réseau persiste dans cette politique.

L’EXTERNALISATION CONSTITUE UN PUISSANT FACTEUR DE PRESSION SUR LES EMPLOIS CHEMINOT-ES ET SUR LES CONDITIONS DE TRAVAIL.

  • 0 emploi supplémentaire pour SNCF Réseau en 2018 alors que l’activité est croissante.
  • Une baisse attendue des effectifs après 2020.
  • Pression sur les cheminot-es pour toujours plus de mobilité géographique.
  • Pression pour réaliser les travaux dans des conditions minimum d’organisation non respectées à cause du manque d’emploi.

A contrario :

  • +73 % pour les effectifs des sous-traitants depuis 2008
  • 8 689 salariés aujourd’hui chez les concurrents.

L’EXTERNALISATION FAIT PESER UN RISQUE RÉEL ET SÉRIEUX SUR LA MAITRISE DE NOTRE PATRIMOINE, LA QUALITÉ DE NOTRE EXPERTISE ET LA MAITRISE DES COUTS A LONG TERME.

La mobilisation des cheminot-es pour encadrer les sous-traitants provoque un déficit de pratique et menace le transfert des savoir-faire.

L’externalisation fragilise les mécanismes de montée en compétences et donc nos parcours professionnels.

Du coté des entreprises concurrentes, on observe un turn-over important qui ne garantit absolument pas le maintien des compétences transférées.

Elles doivent fidéliser, former, améliorer et maintenir leurs compétences, le tout en dégageant des marges pour investir et faire des bénéfices dans un marché en décroissance à partir de 2023.

Le défi est important et il est fort à parier que seuls quelques grands groupes sauront tenir dans la durée ; ce d’autant plus que SNCF Réseau cherche des solutions clé en main pour ses chantiers.

A long terme, nous assisterons à un partage des marchés entre grands groupes. Le pouvoir de négociation sera défavorable à SNCF Réseau faute de pouvoir réaliser les travaux en interne.

L’externalisation coute plus chère au lancement et coutera encore plus chère à long terme. Cherchez l’erreur !

Nous assistons au schéma classique du libéralisme pour privatiser l’argent public : création d’un marché par les pouvoirs publics, création d’une pénurie de l’offre et envolé des prix pour un maximum de profits.

CETTE STRATÉGIE D’EXTERNALISATION AUX BIENFAITS INEXISTANTS MAIS AUX RISQUES BIEN AVÉRÉS, MENACE L’AVENIR DES CHEMINOT-ES SNCF.

UN PLAN D’URGENCE FERROVIAIRE EST NÉCESSAIRE POUR CHANGER DE CAP.

EXIGEONS LA RÉ-INTERNALISATION DE LA CHARGE DE TRAVAIL

Vidéo
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *