AIGUILLAGE : DES EMPLOIS SUSPENDUS AU MAINTIEN DU RÉSEAU

Près de 1200 emplois dans les EIC (Etablissements Infrastructure Circulation) sont directement menacés par le refus du gouvernement de financer le réseau ferroviaire de proximité.

En renvoyant aux Régions, déjà exsangues, la responsabilité du financement des lignes « non structurantes », le projet de réforme porté par le gouvernement et la Direction du GPF conduit à réduire drastiquement le réseau ferroviaire et le service public de transport par le fer.

9000 kilomètres de lignes et des dizaines de postes d’aiguillage sont menacés de fermeture.

Si ce projet de désengagement a des conséquences évidentes pour les usagers et les chargeurs (transport de marchandises) pour un accès au transport ferroviaire, il en a tout autant sur l’emploi et les conditions de travail des cheminots.

A ce titre, les cheminots de la circulation sont en première ligne.

En effet, pas moins de 12% des effectifs des EIC (1198 cheminots) travaillent exclusivement sur les lignes UIC 7 à 9.

Ces lignes et donc les emplois sont dans la ligne de mire du gouvernement.

Contrairement aux campagnes de désinformation orchestrées par la Direction du GPF, ce sont bien TOUS les cheminots qui seront impactés par ce projet de renoncement.

Qu’il s’agisse des cheminots de la vente, des métiers de l’Escale, de la Circulation, de l’Equipement, de la Traction, des contrôleurs, des métiers transverses et d’appui, tous sont concernés directement ou indirectement par l’abandon du réseau capillaire.

Cependant, il n’y a rien d’inéluctable. Pour la CGT, le maintien et le développement du réseau ferroviaire, considérant l’aménagement du territoire, sont nécessaires au service public de transport ferroviaire de qualité.

Quant à son financement, le gouvernement dispose de bien d’autres leviers comme la CGT le propose dans son rapport « Ensemble pour le fer ».

Ainsi, la mobilisation massive des cheminots des EIC, lors des différents mouvements de grève depuis le 03 avril 2018, doit donc se poursuivre et s’amplifier pour imposer une autre voie. Celle du service public et des cheminots.

LA SNCF, CERTAINS VEULENT LA DESCENDRE,
NOUS ON LA DÉFEND !
TOUS ENSEMBLE, AGISSONS PAR LA GRÈVE !

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.