INFOLUTTES – REFORME SNCF – DU 14 MAI 2018

La mobilisation des cheminots ne faiblit pas à l’issue du 9e préavis de grève déposé.
Mieux, elle augmente significativement.
L’appel des organisations syndicales à participer à VOT’ACTION doit se traduire par une expression massive des cheminots à cette consultation.
D’ores et déjà, amplifions l’action les 18 et 19 mai prochains.

Les chiffres du jour

• + 14 % c’est l’augmentation du nombre de grévistes par rapport au 09 mai selon la direction (chiffre provisoire) ;
• +7 % c’est augmentation du nombre de grévistes chez les cadres par rapport au 09 mai selon la direction (chiffre provisoire) ;
• 519, c’est le nombre de bureaux de vote fixes et mobiles répartis sur le territoire afin de participer à VOT’ACTION.

LA DIRECTION SNCF À LA MANŒUVRE

Les choses n’ont jamais été aussi limpides. L’encre qui a servi à écrire le rapport Spinetta, le projet de loi d’habilitation et les déclarations des membres du gouvernement, sort du même stylo : celui de la direction SNCF.

Elle qui s’acharne à vouloir remettre en cause la légitimité des cheminots et de leurs organisations syndicales à organiser une consultation interne, s’accorde pourtant le droit de régler le sort de l’entreprise publique sans tenir compte de la mobilisation en cours.

Les approximations de ces derniers jours sur le prétendu surcoût du statut, les notes internes parues dans la presse qui confirment la volonté de privatiser des pans entiers de l’entreprise, le Temps réel n°39 paru le 13 mai qui affirme ce que la loi votée en première lecture à l’Assemblée Nationale ne dit pas concernant l’incessibilité des titres de la future entreprise (puisque les amendements en ce sens ont tous été rejetés), confirment l’analyse portée par la CGT depuis plusieurs semaines : cette réforme est dogmatique, elle est bancale techniquement et irrecevable socialement.

Édouard PHILIPPE, interpellé unitairement par courrier le 9 mai, est aux abonnés absents à l’heure où s’écrivent ces lignes, alors même que les organisations syndicales souhaitent aborder les points suivants :

  • Amendements qui seront portés par le Gouvernement au Sénat ;
  • Présentation de l’étude sur le « surcoût » supposé du statut ;
  • Études d’impact des mesures que le Gouvernement entend prendre ;
  • Réponses et propositions de l’inter-syndicale.

Plus globalement, il faut donc imposer l’ouverture immédiate de négociations sur les 8 points revendicatifs unitaires. Seule une mobilisation massive de tous les collèges sera de nature à changer la donne ! Allons-y !

VOT’ACTION SUR DE BONS RAILS

Malgré les invectives du Président Pepy et l’attitude de certains sur la crédibilité du VOT’ACTION, les cheminots se rendent massivement aux urnes.

Le résultat de cet exercice démocratique de grande ampleur inquiète de plus en plus la direction et le gouvernement.

Les militants CGT ont ouvert 519 bureaux de votes fixes et mobiles sur l’ensemble des sites ferroviaires, permettant à chaque cheminot de tous collèges de s’exprimer massivement.

Ils vont se déployer jours et nuits pendant une semaine pour faire vivre la démocratie sociale au sein de la SNCF, en proposant à tous les cheminots de participer au VOT’ACTION

Depuis le début du conflit, les cheminots sont majoritairement opposés à ce projet de loi de réforme ferroviaire et demandent l’ouverture de véritables négociations.

A contrario, le président Pepy affirme que les cheminots soutiennent à 80 % cette réforme gouvernementale, faisons la démonstration qu’il ment !

D’ores et déjà, la Fédération des cheminots appelle à amplifier le rapport de forces en déposant massivement les D2I et en adhérant à la CGT.

En route vers la 10e séquence !
Prochain préavis unitaire du 17 Mai 20h00 au 20 Mai 07h55.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *