DÉROULEMENT DE CARRIÈRE : LE DIPLÔME D’ATTACHÉS TS DOIT ÊTRE RECONNU ENTIÈREMENT !

Changer la culture d’entreprise est désormais le leitmotiv du directoire et des Comex, obnubilés par le « business ». Ils travaillent désormais à casser tous les repères collectifs à la SNCF, la technicité et l’attachement à la sécurité de l’encadrement. Sans discussion avec aucune organisation syndicale, chaque activité modifie les conditions permettant aux cheminots d’accéder aux qualifications de cadre.

La CGT était à l’origine en 2005 du déblocage des examens qui permettaient à de nombreux cheminots de la qualification D d’accéder à la qualification E.

L’examen devait reposer sur la technicité et sur la formation pour donner aux futurs promus l’ensemble des savoirs pour exercer en toute sérénité et légitimité leurs nouvelles responsabilités.

Parce que beaucoup de cheminots, reconnus comme d’excellents professionnels, pouvaient rencontrer des difficultés rédactionnelles utiles pour tenir les postes de cadre, un accord avait été obtenu avec la direction pour déconnecter l’épreuve de français de l’examen de Qualification E et le positionner pour permettre l’accès à F.

Ce dispositif moderne et transparent est remplacé par l’opacité !

Les ATTachés TS, embauchés sur la base d’un diplôme de l’éducation nationale reconnu, en étaient naturellement dispensés puisque ces connaissances y sont intégrées.

Depuis quelque temps, la CGT a fait le constat que les premiers dirigeants de l’entreprise ont cherché à détourner leur encadrement de la technicité.

Dorénavant, chaque activité développera son propre dispositif d’accès à la qualification cadre, supprimant les passerelles à court terme. L’épreuve se déroulera sur la base de l’assessment (outil managérial très en vogue à Carrefour, Auchan, Monoprix…) et sera imposée aussi aux attachés TS.

ATT-TS, ton diplôme n’est plus reconnu !

Il s’agit d’une méthode d’évaluation par l’observation du comportement du candidat placé dans un groupe. Bref, cela repose sur des capacités « naturelles » attendues par l’évaluateur.

« L’assessment » ne développe pas, mais sélectionne. Bien sûr, de nombreux collègues, qui aspirent légitiment à un parcours professionnel, s’inscrivent souvent par contrainte.

Contrairement au rôle réducteur de porteurs de la bonne parole patronale, une grande majorité de cadres donne un autre sens à leur fonction. Savoir dire NON et proposer sont essentiels pour l’avenir de l’entreprise.

La négociation du volet classifications de la CCN en arrière-plan

Construire des parcours professionnels dans la branche et les entreprises devient un enjeu social pour les cheminots et le ferroviaire. Pour cela, la CGT défend, dans le cadre des négociations, un dictionnaire des filières moderne, la reconnaissance des diplômes et une grille des salaires allant du premier grade de l’exécution au cadre supérieur. Le patronat, poussé par nos dirigeants, veut limiter les droits collectifs.

L’UFCM-CGT vous invite à vous rapprocher de nos structures et de nos militants pour échanger sur vos attentes et construire ensemble nos revendications.

Mots-Clés : # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *