CSE FRET SNCF du 10 juillet 2019 : Ma petite entreprise… connaît la crise !

Ce dernier CSE, avant la rentrée, a été une fois de plus révélateur de l’état de FRET SNCF. Une direction totalement, perdue, dépassée qui ne peut apporter de réponses concrètes aux élus, mais qui accompagne des décisions gouvernementales non préparées, détruisant l’outil ferroviaire… Ainsi la direction nous amène à des situations ubuesques tant à la production qu’au niveau management.


Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Cette situation se traduit par une valse de changements à la tête de Fret SNCF, puisqu’après avoir changé de DG, nous en sommes bientôt à notre 3ème responsable des Relations Sociales en 6 mois, à 3 RH en 20 mois (dont 2 débarquements-licenciements !). D’ailleurs, lors de ce CSE étaient absents le Président et la RH, alors qu’était rendue l’expertise sur le bilan social de FRET SNCF !

En préambule, à l’initiative de la CGT, les élus du CSE ont remis un courrier à la direction lui demandant de prendre au plus vite les mesures nécessaires pour éradiquer les cas de harcèlements sexuels qui se multiplient depuis 6 mois.

Ensuite, aucune information mensuelle, des stats datant de janvier…. Bref, un je m’en foutisme inadmissible !

Présentation des nouveaux outils Système Informatique

Il était temps que nous soient présentés les travaux sur le SI, qui va gérer la logistique, la production, RH, Finance, Traction, Matériel, Sécurité. Aucun document fourni, seulement un exposé verbal, pas toujours maîtrisé, pour nous expliquer un calendrier qui semble avoir été établi depuis déjà quelques années. Ceux qui croyaient que la direction allait honorer sa parole ont encore une fois été déçus, mais pas surpris. La direction, incapable de relever FRET SNCF essaye de cacher son incompétence derrière d’obscurs projets qu’elle n’est même pas capable de présenter. La CGT a observé une déficience d’informations pour un outil qui va engendrer une évolution sur l’ensemble des métiers Fret, avec des process différents de ceux utilisés par les cheminots, construit pour soi-disant autonomiser Fret SNCF. Pour la CGT, seule une entreprise unique et intégrée permettra de parler d’avenir pour la SNCF. Malheureusement, ces nouveaux outils qui devraient être au service des agents pour améliorer nos conditions de travail, sont tous développés dans le but d’amplifier les suppressions d’emplois. La CGT a demandé une commission économique sur ce sujet.

Présentation Reprise de la Traction par FRET

Les dispositions réglementaires seront propres à Fret SNCF en matière de réglementation métier traction et de formation. Cela pose beaucoup d’interrogations sur la spécialisation conducteur Fret et notamment ce qu’il va rester de commun avec les autres activités et les parcours professionnels.

Pour la CGT, une seule et unique formation, pour toutes les conductrices et tous les conducteurs, est seule garante du haut niveau de sécurité que nous nous devons d’atteindre et de garder. De plus, cette formation commune garantie aux ADC un parcours professionnel riche de nombreuses possibilités, ainsi que le maintien des passerelles entre Fret SNCF et les autres activités du groupe SNCF. La CGT a demandé une commission économique sur ce sujet.

Information sur la Commission d’Information et d’aide au Logement

En un an, le parc immobilier global est en retrait de près de 2 200 logements. En 10 ans, plus de 80 % du parc a été vendu, rendant pour les cheminots, l’accès à un logement social très difficile. S’il y a bien quelque chose en augmentation, c’est le délai d’obtention d’un logement. La vente pour partie des actifs immobiliers d’ICF Novedis vers la structure Vesta, détenue à 80% par SWISSLIFE, n’est pas de nature à en sécuriser l’accès aux cheminots. Tous les domaines sociaux sont attaqués, le logement n’y échappe pas, alors qu’il est un poste important des dépenses d’un foyer. La SNCF, doit en prendre toute la mesure et agir en conséquence.

Consultation égalité professionnelle homme / femme

Le pourcentage de femmes est encore extrêmement faible au fret. Elles représentent seulement 10 % des effectifs et le régime qui leur est réservé est différent des hommes puisque 20 % d’entre elles sont contractuelles contre 5 % pour les hommes. Pour 2018, la SNCF s’était fixée l’embauche de 1 029 femmes ; elle n’en a embauché que 830… Les tableaux fournis affichent une écrasante majorité de femmes avec une rémunération inférieure à celle des hommes.

La CGT, ainsi que tous les élus, ont émis un avis défavorable sur ce rapport de situation comparée entre les femmes et les hommes au FRET en 2018.

Consultation sur le bilan Social

Une honte !! Bilan catastrophique, présenté par le cabinet d’expertise SECAFI. Les départs en retraite ne représentent plus que 52 % des sorties, car les départs volontaires et les démissions ont été multipliés par 2 ! Les licenciements représentent 25 % des sorties soit 88 agents ! Sur 151 contrats d’alternance, seulement 4 agents sont restés !

Autre signal d’urgence : le vieillissement des cheminots du Fret. La moitié ont plus de 45 ans, et 812 agents ont + de 55 ans, soit 14 % des effectifs !

Le GPF SNCF est le champion français des suppressions d’emplois avec – 3 589 agents en 1 an au cadre permanent, son maillot jaune est FRET SNCF avec 445 suppressions. Le travail intérimaire a doublé en 1 an ! Les heures de formation sont en nette baisse.

Les taux d’accidentologie, les accidents de travail (+ 50 en 1 an), les accidents de trajet, augmentent alors qu’ils devraient baisser avec des centaines d’agents en moins dans les effectifs. Ceci est lié à une mobilité accrue et des conditions de travail détérioré à mesure que les suppressions d’emplois s’amplifient.

Le cabinet d’expertise, ainsi que le rapport des médecins du travail concluent à de très forts Risques Psycho Sociaux, un environnement et des conditions de travail dégradées, des pertes de compétences et de motivation des agents.

Pour la CGT, les hommes et les femmes du FRET sont mis en danger, toute l’activité est mise en danger par cette politique irresponsable et l’insuffisance des recrutements, 104 en 2018, la moitié hors statut ! A ce rythme, dans 5 ans il ne restera plus que 50 % d’agents au statut. Toutes les OS ont voté un avis défavorable sur le bilan social.

Remise de l’enquête interne Fret SNCF « AMPLI » :
la cerise sur le gâteau !

La direction a souhaité sonder les cheminots, de façon individuelle et confidentielle, via le net, au travers d’une enquête interne, réalisée par un cabinet externe américain. Bien que ces travaux aient été rendus en mars, il nous a fallu lourdement insister pour que la direction nous les communique. Et pour cause ! Une claque pour la direction ! L’urgence sociale ressort de cette enquête, tout comme sur le bilan social. Malgré bon nombre de questions clairement orientées, la politique de l’entreprise est désavouée, la direction discréditée !

Sur les différents items-questions les agents sondés se disent, dans une fourchette de 70 % à 89 % d’entre eux, n’avoir pas confiance en la direction, subir l’incohérence des décisions, avec des visions non claires des objectifs, ne pas être considérés, ne pas être satisfaits de leur rémunération, de leurs conditions de travail, n’être aucunement associés aux décisions. Entre 80 et 90 % d’entre eux jugent ne pas évoluer dans un cadre sain sur le plan psychologique, observer des coups bas et manipulations et assister à une politique de favoritisme !

Tous les collèges, exécutions, maîtrises et cadres sont très critiques. Seul point positif qui devrait faire réfléchir nos décideurs : la grande majorité des agents restent fiers de travailler à la SNCF, donc attachés à leur entreprise…. pas à leurs dirigeants…

Nous pouvons nous poser la question sur le but recherché et le coût de cette enquête, seulement 41 % des agents ayant participé. Par contre, en Juin 2018, le Vot’Action, sous l’impulsion de la CGT, a vu la participation de 70 % des cheminots qui se sont opposés à 95 % aux orientations politiques de la direction et du Gouvernement. Ce vote démocratique a été bafoué, par les pseudos défenseurs du dialogue social. Pour le discréditer, ils n’ont pas hésité à faire appel à un cabinet américain. Leur camouflet est encore plus grand !

Cela fait des mois, des années que la CGT alerte la direction. La CGT lui a transmis son projet pour la SNCF et donc FRET SNCF: « Ensemble pour le Fer » contenant de nombreuses propositions. Les bilans catastrophiques que présente la direction devraient la pousser à prendre en considération les propositions formulées par la CGT.

On ne peut plus continuer comme cela ! 2 cabinets externes, dont 1 choisi par l’entreprise, ainsi que le rapport des médecins du travail tirent un constat alarmant de la situation de Fret, sur les hommes et les femmes qui y travaillent. Les métiers de la SNCF ne peuvent supporter plus longtemps l’amateurisme dont fait preuve la direction pour gérer la SNCF. Entreprise à laquelle de nombreux agents sont encore aujourd’hui très attachés, mais pour combien de temps ?

La CGT a exigé que le Directeur FRET rende des comptes et nous expose dès le prochain CSE, le 3 septembre, ses actions pour inverser cette tendance. La CGT saura prendre toutes ses responsabilités avec les cheminots, dans les semaines à venir, pour s’opposer à cette casse à grande échelle de la SNCF. La CGT vous donne rendez-vous dès cette rentrée pour défendre le service public ferroviaire, nos emplois et nos conditions de travail.

Mots-Clés : # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.