Le 24 janvier, redisons non au gouvernement ! Nous visons la gagne !

Le Président de la République a usé toutes ses cartouches : focalisation sur les régimes spéciaux, pause des fêtes de fin d’année, enfumage autour de l’âge pivot…Malgré cela, le mouvement est toujours très large et il est de plus en plus soutenu dans l’opinion publique. Le seul espoir du Gouvernement est que les grévistes craquent sous le poids des contraintes financières, des intimidations, du pilonnage médiatique et des tentatives de divisions. Donc organisons-nous pour durer et vaincre !


LA TACTIQUE DU GOUVERNEMENT EST UN ÉCHEC !

Le Gouvernement mise depuis le début sur l’usure des grévistes et le retournement de l’opinion publique. Ces 3 dernières semaines, un véritable matraquage médiatique nous a été imposé autour de l’âge pivot. Le but était de scénariser une opposition, puis de pseudo-concessions, afin de pouvoir sonner la fin des négociations et dénoncer les « radicaux » qui ne se plient pas au compromis. C’est un échec total.

Le Gouvernement est contraint d’avouer que le système par points a pour finalité de faire travailler les salariés plus longtemps (âge pivot ou pas) en faisant varier les pensions à la baisse. Le « compromis » était donc un marché de dupes.

A chaque concertation (sur la pénibilité, sur l’emploi des seniors ou autres), il montre qu’il ne se préoccupe que de préserver les profits des grandes entreprises.

L’intersyndicale CGT, FO, FSU, CGC, Solidaires, UNEF, UNL qui organise la mobilisation depuis le début, reste unie. L’opinion publique soutient toujours très largement le conflit (60% selon le sondage Haris du 16 janvier 2020).

Le Gouvernement est donc coincé entre l’option de faire des concessions à certaines professions, et la tentation du passage en force contre l’opinion publique. Chacun de ces scenarii pourrait lui coûter très cher politiquement.

S’il veut limiter la casse,
le gouvernement doit retirer son projet !

LE MOUVEMENT SOCIAL EST PUISSANT !

La grève reconductible menée depuis le 5 décembre 2019 dans plusieurs secteurs (SNCF, RATP, Opéra de Paris, Radio France…) a permis d’amorcer une véritable dynamique de contestation du projet de réforme des retraites. Les manifestations des journées ciblées par l’intersyndicale ont toutes été de grande ampleur.

Des actions quotidiennes sont organisées dans les territoires et créent une ébullition autour du sujet des retraites. Depuis la rentrée, les profs, les avocats, les dockers, les salariés de l’énergie durcissent leur mobilisation. Dans la culture, de plus en plus d’actions sont menées par les artistes. Dans l’industrie privée, une hausse des arrêts de travail est identifiée (agroalimentaire, pétrochimie, construction navale…). De nouveaux secteurs rejoignent l’action (dernièrement : les laboratoires de recherche et même des clercs de notaires !). Tous les secteurs ne sont pas encore pleinement mobilisés mais l’évolution est positive. Le mouvement est loin de s’affaiblir, il se renforce !

Le prochain temps fort interprofessionnel du 24 janvier 2020, jour du Conseil des Ministres, sera énorme !

POUR NOS RETRAITES: L’EMPLOI ET LES SALAIRES !

 

Chaque emploi manquant, chaque emploi précaire affaiblit la protection sociale. Nous revendiquons l’abandon des 1000 suppressions d’emplois prévues dans le budget 2020 des 5 sociétés SNCF.

L’orientation des budgets de nos entreprises en faveur des banques et des actionnaires affaiblit la protection sociale. Nous revendiquons l’augmentation de nos salaires !

L’externalisation des charges de travail, l’abandon du Fret, l’absence de financement public des petites lignes, les économies sur la sécurité ou sur le service public par la déshumanisation des gares et des trains, tout cela affaiblit la protection sociale. Nous revendiquons une autre politique de la Direction SNCF et du Gouvernement.

Aucun droit n’est gratuit, il n’y a pas de privilèges chez les salariés. Nos retraites sont financées par nos emplois et nos salaires.

Défendons-les !

Le 22 et 23 janvier, les salariés de notre pays sont appelés à agir dans leurs entreprises. C’est l’occasion pour les cheminots de porter leurs revendications sur l’emploi et notamment la ré-internalisation du travail, sur les salaires et une Convention Collective Ferroviaire pour tous les cheminots.

Nous devons marquer notre engagement,

TOUS ENSEMBLE,

mobilisés dans la journée de grève et de manifestation du

24 janvier 2020 !!!

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.