CE M&T du 17 mars 2016 : compte-rendu

Pour la CGT, le CE M et T n’est ni une chambre d’enregistrement, ni un salon de discussions, mais bien un lieu où la Direction se doit de donner des explications sur sa politique aux cheminot-e-s !

La séance plénière du 17 mars 2016 ne pouvait débuter autrement que sous le signe de l’émotion et de la colère, avec un accident mortel qui s’ajoute à une liste déjà trop longue.

Émotion, car une nouvelle fois, un collègue de l’INFRAPOLE de Paris Nord a perdu la vie dans l’exercice de ses fonctions.

La CGT apporte son soutien à la famille et à nos collègues de l’INFRAPOLE et exige que toute la lumière soit faite sur les circonstances et les causes de l’accident.

Aucun salarié ne doit risquer de perdre sa vie à vouloir la gagner.

Colère car les accidents mortels ou non se multiplient et ce n’est pas la politique de l’entreprise qui va redresser la situation. Produire chaque chantier en sécurité n’est qu’un slogan, quand on sait que les sous-effectifs et la sous-traitance fragilisent la sécurité.

Moins de cheminots, moins de trains, moins de service public et un transport ferré de plus en plus à risques. C’est court, mais tellement vrai !

Le 09 mars, en France, la colère est montée d’un cran. 1 cheminot sur 2 était en grève pour exiger :

  • L’arrêt des suppressions de postes et de la sous-traitance ;
  • Des recrutements à statut ;
  • Une augmentation générale de salaires de 10% ;
  • Une convention collective du ferroviaire de haut niveau sur la base des 32h hebdomadaires.

Avec la CGT, les cheminots vont amplifier les mobilisations pour gagner sur nos revendications.

A l’ordre du jour

DÉCOUPAGE DES CHSCT

La CGT a obtenu du Président du CE M et T l’engagement que tous les CHSCT non cités ci-dessous soient reconduits dans leur périmètre, tant en nombre de représentants que de crédits d’heures.

CHSCT modifies et approuvés

(voir tableau ci-dessous)

CHSCT qui font l’objet de désaccords

  • INFRALOG NATIONAL : La CGT revendique 2 CHSCT au lieu d’un aujourd’hui. Vote CONTRE
  • PACA : La CGT refuse les redécoupages proposés par la Direction. Vote REPORTÉ au 12 avril.

Les votes CONTRE feront l’objet d’un arbitrage auprès de l’inspection du travail.

CADRES D’ORGANISATION (CO) ET EFFECTIFS DISPONIBLES (ED) DU CE M&T

Le CE M&T dispose des CO et ED globaux par établissement. Pour plus de détails, la Direction nous renvoie dans les IRP de chaque établissement. N’hésitez pas à les demander, ils vous sont dus et nécessaires pour contrôler l’évolution de l’emploi.

26 535 (hors cadres supérieurs), c’est le nombre de postes que la Direction estime nécessaire pour répondre à la charge de travail. Problème, cette même Direction budgétise sur l’année 2016 seulement 26 142 équivalents temps plein (ETP).

Nous savons déjà que les Cadres d’Organisation sont sous-estimés mais en plus, les budgets alloués ne permettent pas de couvrir les postes. Ceci se traduira par toujours plus de postes non tenus, de renoncements faute de main-d’oeuvre, de souffrance au travail par l’augmentation de la charge de travail par cheminot, de sous-traitance et d’intérim.

SNCF RESEAU – BUDGET 2016

L’EPIC RESEAU estime devoir augmenter son effectif de 1 169 ETP pour assurer l’augmentation de la charge de travail, mais notre Direction ne manque pas d’imagination pour minimiser les embauches.

  •  Augmentation de la sous-traitance pour 424 ETP ;
  • Gains de productivité pour 395 ETP ;
  • Et enfin augmentation des effectifs de 350 ETP essentiellement en IDF.

Sur la sous-traitance

Le côté économique est volontairement écarté. Les exemples donnés en séance par la CGT, comme celui d’une entreprise privée qui facture 1400 euros une nuit d’intervention d’un agent SE et 700 euros en cas d’opération effectuée en journée, sont suffisamment explicites. A ces tarifs, les cheminots sont bien plus que « rentables » mais nos dirigeants organisent sciemment le pillage du public à coup de dumping social pour répondre à des intérêts particuliers !

Sur les gains de productivité

Les chiffres donnés ne fournissent aucune précision. Aux questions de la CGT précises ; comment, qui et quels détails par service, aucune réponse en séance ! Les éléments seront demandés à nouveau et feront l’objet d’analyse lors d’un prochain CE.

La dette

Pour une réforme qui devait tout régler, nous sommes très loin du compte et du cercle vertueux annoncés en juin 2014. Les actifs sont dévalués, le financement n’est pas assuré et la dette continue d’augmenter. + 3 milliards en prévision sur 2016 pour atteindre 43 milliards d’euros en fin d’année

Mots-Clés : # # #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.