e.SNCF et les réorganisations : toujours plus d’externalisation

L’obsession des dirigeants de l’entreprise est claire, et demeure celle qui nous conduit au désastre jour après jour : l’externalisation du SI dans toutes ces facettes, encore et toujours !

Le SAAS, PAAS, IAAS… Tueurs des datacenters SNCF

Nombres d’applications font désormais le choix d’un hébergement externe. Si les DSI « clientes » de PIT font ce choix discutable depuis quelques années. Désormais, PIT déploie Office 365 en masse (ce qui n’est pas sans poser des questions au niveau sécurité) et fait de l’hébergement en SaaS un critère pour le choix de ses propres outils.

C’est un mouvement de fond qui balaie la rentabilité économique de nos datacenters. En effet, un datacenter qui se vide est un datacenter qui revient de plus en plus cher et donc devient trop cher.

Datacenter : Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage

Après avoir passé des années à faire appel à de l’hébergement externe, et avoir dégrader la performance économique de nos datacenters… La direction nous assure que la performance économique de la Mulatière est « médiane plutôt que bonne » et celle de Socrate « mauvaise ».

Investissement dans un nouveau datacenter : « idéologiquement inenvisageable »

Quand bien même on voudrait croire sur parole la direction qui nous assure qu’une partie de cette sous-performance est structurelle, alors une solution existerait :

La CGT avait proposé l’investissement par la SNCF dans un datacenter, opéré par des cheminots, aux services du Groupe Public Ferroviaire.

Interrogé par la CGT sur cette piste, le directeur général e.SNCF ne cache pas son dogmatisme. Sa religion est faite ! Pour lui, il est « idéologiquement inenvisageable » de présenter au conseil d’administration un investissement pour un nouveau Datacenter.

Le masque tombe. Nous sommes bien dirigés par des idéologues.

Une feuille de route pas assumée

Le contenu de la feuille de route technologique tarde à être largement présentée par notre DTI (ndlr traduction officielle de CTO, voir https://lc.cx/53Gy).

Pourtant, les grandes lignes sont limpides.

On virtualise à tout va. Tout y passe, même le réseau. Oh, bien sûr, on fait ça pour pouvoir assurer la continuité de service en cas de sinistre dans un datacenter… Car enfin, quoi de mieux que des machines virtuelles et un réseau virtualisé pour passer d’un datacenter à un autre…

Les mauvaises langues diront que c’est aussi pour pouvoir changer de fournisseur de datacenter plus facilement… Et surtout pour pouvoir vider nos datacenters SNCF…

Les mauvaises langues ont hélas sans doute raison.

Le principe de persévérance Shadocks appliqué aux CDS

Les Shadocks l’ont dit, la SNCF le fait :

« Ce n’est qu’en essayant continuellement que l’on finit par réussir. Autrement dit : plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. »

Alors que le modèle des CDS et autres TIA a montré toutes ses limites, la direction persiste dans un modèle qui n’a semé que stress et dysfonctionnements dans son sillage.

Ainsi, nombre de managers se plaignent de l’inefficacité du système, regrettant l’organisation avec des équipes de production qui faisaient tout…

Constatant que le dogmatisme est toujours de mise malgré le changement d’acteurs au sein de la direction, la CGT rappelle ses revendications :

Une maîtrise d’œuvre SNCF réalisée avec un volume de sous-traitance réduit au strict minimum garantissant la confidentialité des données, la connaissance métier et la maîtrise du système. En effet, une compétence interne reposant sur une assise de connaissances métiers solides est un socle indispensable à un Groupe Public Ferroviaire confronté à la concurrence

Une véritable ré-internalisation des missions avec une véritable politique de l’emploi :

  • Recrutement au statut en révisant à la hausse les cadres d’organisation ;
  • Passage au CP des contractuels qui le souhaitent ;
  • Amélioration des conditions de vie et de travail et de la qualité de service.
  • Harmonisation des carrières d’informaticiens entre les différents bassins d’emploi.
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *