LOI ANTI-FERROVIAIRE : compte-rendu de la concertation du 5 mars 2018 au ministère

Dans le cadre du calendrier qui nous a été communiqué, la première séance de concertation en format « multilatérale » intégrant les OS, les ONG, des élus, des associations, des représentants de la direction (Réseau et Mobilités), de l’UTP, s’est tenue lundi 05 mars.

Le thème général abordé était « L’amélioration du service public ferroviaire ». Sept séances sont prévues sur ce thème :

• Lundi 05 mars : présentation des sous-thèmes qui seront discutés ;
• Mardi 13 mars : offre ferroviaire, intermodalité, billetique, informations voyageurs, tarifs, rabattement sur les gares, horaires, etc. ;
• Mardi 20 mars : le rail et la concurrence, cohérence des offres ;
• Mardi 27 mars : le rail et l’organisation des mobilités (rôle des territoires, situation des territoires peu denses) ;
• Mardi 03 avril : l’usage du réseau ferré ;
• Mardi 10 avril : avenir du Fret ferroviaire ;
• Mardi 24 avril : document de synthèse.

Le format de ce type de rencontres est très cadré. Chaque participant peut intervenir dans le cadre d’un tour de table formel. La discussion dure 2 heures. Sans surprise, aucune réelle négociation n’est envisagée.

La Fédération s’est tout d’abord exprimée sur son analyse globale des propositions gouvernementales.

Nous avons réitéré que pour développer un service public ferroviaire de qualité, la question de la reprise de la dette, sans contrepartie, de la recherche d’un financement pérenne, étaient deux axes centraux avant de se projeter sur d’autres sujets.

Aussi, nous avons réaffirmé que l’Etat devait reprendre en main son outil public qu’est la SNCF, lui donner les moyens de fonctionner.

La Fédération a demandé qu’à minima une table ronde avec toutes les OS se tienne à la fin de chaque cycle d’échange.

Mots-Clés : #
Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *