FRET : PLAN SOCIAL ET FILIALISATION.

VOYAGES OU MARCHANDISES, UNE SEULE PROFESSION, CHEMINOT-E : TOUS SOLIDAIRES.

3 000 nouvelles suppressions d’emplois de cheminots sont annoncées au FRET SNCF avec, en ligne de mire, la filialisation de cette activité. Cela n’est pas à déconnecter de la stratégie globale concernant l’avenir du service public ferroviaire. www.fret21.org

Il y a quelques mois, 3 cabinets d’expertise différents alertaient sur le fait qu’il était impossible de continuer à réduire les emplois sans dégrader fortement la production et rendre ainsi difficile le développement du fret. Dans leurs conclusions, ces cabinets d’expertise déclaraient que continuer cette politique, c’était condamner le FRET SNCF à court terme.

Les annonces récentes d’un véritable plan social ne peuvent donc que nous interroger et nous révolter.

Cette nouvelle casse de l’emploi semble vouloir accompagner la filialisation de l’activité.

Pour la direction SNCF :

FRET SNCF doit devenir une entité juridique en dehors de l’EPIC pour favoriser sa recapitalisation. FRET SNCF doit connaître des ruptures organisationnelles pour sortir du financement public ….

Pour la CGT, le développement du Fret SNCF est essentiel à bien des égards. En effet, l’entretien de nombreuses lignes et donc le maintien du trafic voyageurs est intimement lié à celui du Fret. Alors que le réseau capillaire subit un défaut de financement de sa maintenance, le retrait du Fret SNCF condamnerait encore plus vite de nombreuses lignes.

Supprimer 3 000 nouveaux emplois et considérer que la filialisation, voire la privatisation du Fret SNCF serait la solution, est une stratégie vouée à l’échec, comme celle de l’ouverture à la concurrence du transport de marchandises par voie ferrée lancée en 2006.

Plus que jamais, le Fret SNCF relève d’un intérêt général stratégique pour la France, répondant aux besoins de l’activité économique des entreprises, de l’environnement et de l’aménagement du territoire, et plus largement des populations. Il est donc d’intérêt et d’utilité public. C’est à ce titre qu’il doit s’envisager dans le cadre d’une entreprise publique unique et intégrée, comme l’ensemble des activités de la SNCF.

Ces annonces sont les prémices de ce qui est envisagé pour le transport de voyageurs au regard de la lettre de mission confiée à Monsieur SPINETTA concernant le futur « modèle économique » de la SNCF.

La CGT réaffirme que le FRET SNCF est un laboratoire d’expérimentation pour inoculer le virus qui pourrait conduire à vendre à la découpe le Groupe Public Ferroviaire SNCF. Plus que jamais, l’antidote est à portée de main des cheminots !

Déclenchons ensemble un plan d’urgence ferroviaire de grande ampleur sur : l’emploi, l’organisation de la production, le financement du système ferroviaire, le dialogue social, les droits des cheminots et l’impérieuse nécessité d’une entreprise publique, unique et intégrée : la SNCF !

 

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *